Accueil > Présentation > Objectifs du projet SeqStrat-Ice

Objectifs du projet SeqStrat-Ice

Confronter modèles et concepts à la réalité du terrain

Notre objectif est la construction d’un modèle séquentiel applicable à toute succession stratigraphique directement contrôlée par une histoire glaciaire. Le but ultime de ce projet est donc de développer un ensemble de concepts applicable à l’analyse du message sédimentaire glaciaire à l’échelle des temps géologiques. Ce projet englobe un large spectre d’échelles d’espace et de temps :

  • Modélisation numérique des systèmes glaciaires : le défi est ici de relier un outil de modélisation stratigraphique (Dionisos, IFP-EN/Beicip) à un modèle de glacier permettant de générer des avancées et retraits de fronts glaciaires et leurs conséquences (flexures isostatiques, flux d’eaux de fonte…). Cette liaison passe par une modélisation intermédiaire permettant de prendre en compte les spécificités du drainage sous-glaciaire en milieu poreux (de type Darcy) et sa transformation en flux d’eaux de fonte proglaciaires. Tests et validation s’appuieront sur une étude de cas quaternaire (Chantier Québec) et des jeux de données géologiques à acquérir dans le cadre du projet (chantiers marocains) ou bénéficiant de l’expérience des différents partenaires (Mauritanie-Algérie-Libye-Niger).
  • Etude intégrée du message sédimentaire (faciès et architecture de dépôt, cycles glaciaires, impacts sur les flux sédimentaires, la biodiversité, l’eustatisme…) à contrôle glaciaire à partir des archives de la glaciation de la fin de l’Ordovicien au Maroc (Anti-Atlas et Tazzeka). Il s’agit là de l’une des glaciations anciennes les mieux caractérisée à ce jour et nous postulons qu’il s’agit de l’archétype des glaciations affectant des domaines de plate-forme épicontinentale —par opposition aux glaciations de ‘type Antarctique’, dans lesquelles les glaciers évoluent sur des marges continentales relativement profondes et dont l’extension des fronts glaciaires est limitée par des éléments structuraux (rebord de plate-forme).

En savoir plus sur la glaciation de la fin de l’Ordovicien

18 septembre 2014